La tonte est l'opération centrale de l'entretien du gazon, qui en révèle toute la beauté et, par là même, toute la complexité. En effet, généralement, on tond sa pelouse beaucoup trop court, ce qui affaiblit inutilement les graminées et permet aux mauvaises herbes de prospérer. La hauteur de tonte idéale varie donc en fonction de plusieurs paramètres en particulier le type de l'herbe et la saison.
 
 

Quand tondre son jardin ?

Tout d’abord, il est essentiel de savoir qu’il est absolument impératif de ne jamais toucher une pelouse mouillée. En effet, quel que soit le système de coupe, l’herbe se tondrait très mal, et, dans le cas de tondeuses à bac de ramassage, bourrerait dans le conduit d’éjection de l’herbe. Il est donc essentiel de ne jamais tondre après la pluie, et même d’attendre que la rosée du matin se soit dissipée.
 
Concernant la fréquence de tonte, celle-ci suivra directement la pousse de l’herbe. On peut considérer que, dans une région au climat océanique, la tonte commence en mars-avril, suivant les années, pour se terminer en octobre-novembre. La pleine période de pousse se situe en mai-juin, époque à laquelle il faut tondre au moins une fois par semaine, parfois même une fois tous les trois jours avec certains gazons (green anglais) et certaines machines.
Dans les régions à climat très doux, il est parfois nécessaire de procéder à une ou deux tontes au cours de l’hiver.
 

Bien dégagé derrière les oreilles ou coupe longue ?

Ceci étant dit, c'est au printemps, lorsque l'herbe est en pleine croissance, que l'on peut tondre le plus court.
À la fin du printemps, il faut relever la hauteur de tonte. À ce moment, la plante développe un système racinaire plus ou moins proportionnel à la hauteur de la tonte. Des racines développées permettront au gazon de mieux résister à la sécheresse de l'été.
 
En été, tondez assez haut. La tonte haute protège le pied du gazon des rayons du soleil et limite ainsi l'évaporation. L'herbe résiste ainsi mieux à la sécheresse.
En automne on peut de nouveau tondre assez court, car la pelouse est en phase de croissance.
À la fin de l'automne il faut encore relever la hauteur de tonte, car on dit que l'herbe emmagasine de l'énergie pour passer l'hiver à ce moment-là Pour ceux qui ont normalement de la neige en hiver il peut être intéressant de tondre assez court lors de la dernière tonte. En effet, une herbe courte résisterait mieux à la neige et séchera plus vite après la fonte des neiges.
 

Bien choisir sa méthode de tonte

Vient ensuite la question du type de tonte. Il existe 3 méthodes différentes, chacune ayant ses avantages et ses inconvénients :
 

1 - Le ramassage

Tondeuse autoportée VL38GLH - éjection latérale - jardins de 1000 à 2500m²

Adapté à tous types de jardin, la tonte à ramassage est propre et nette. Son principal atout est, comme son nom l’indique, son absence de projection lors de la tonte. Cela peut se révéler indispensable si vous êtes sujet à des réactions allergiques.
 
 
Cependant, le bac de stockage est également son principal défaut. S’il est trop petit par rapport à la surface à tondre, il vous faudra le vider souvent. Si, au contraire, le bac est trop grand, le vidage de celui-ci risque de devenir complexe.
 

2 - L’éjection latérale ou arrière

Idéale pour les grandes et moyennes superficies de jardin, la méthode à éjection permet de vous éviter le ramassage de l’herbe en répartissant les déchets de tonte. Elle permet de tondre même sur pelouse haute. Si vous souhaitez tondre de manière peu fréquente, rapidement et en toute efficacité, la tonte à éjection latérale ou arrière est tout indiquée.
 
 
En revanche, les tondeuses à éjections latérales sont souvent moins manœuvrable, ce qui peut se révéler être un problème si votre jardin comporte de nombreux obstacles et l’éjection arrière est légèrement moins efficace que la latérale. Enfin, si vous trouvez peu esthétique les tas d’herbes coupées que laisse cette méthode, la prochaine pourrait mieux vous convenir.
 

3 - Le mulching

La tonte mulching est de plus en plus populaire pour plusieurs raisons : le mulching est écologique et n'a (presque) que des avantages :
 
  • Plus de tas d'herbe ou de sacs-poubelle. L'herbe est recyclée sur place et vous économisez jusqu'à 30 % du temps passé à tondre : vous tondez sans vous arrêter pour vider le bac.
  • Retour à la terre : l'herbe coupée est réutilisée immédiatement comme engrais naturel.
  • Un sol moins sec : l'herbe contient de 80 à 85 % d'eau- en restant sur place, elle apporte son eau au sol : vous arrosez moins souvent, donc vous économisez la ressource naturelle et soulagez votre budget.
  • Moins de dépenses d'engrais : en se décomposant l'herbe redonne au sol ses composants, en particulier l'azote et diminue les besoins d'engrais jusqu'à 40 %.
Le seul inconvénient, qui n’en est sans doute pas pour les vrais enthousiastes du jardin, est qu'il faut tondre régulièrement, en saison 1 fois par semaine.
 
 
Pour entrer un peu plus dans les détails, le principe est que la tondeuse mulcheuse coupe le gazon en tout petits morceaux. Avec les mulcheuses l'herbe est coupée par les extrémités de la lame et hachée en son centre. La forme de la lame est donc nécessairement spéciale pour permettre ce hachage. La forme du carter de la tondeuse est, lui aussi, étudié pour qu’après avoir été coupée, l'herbe soit soufflée dans la zone de hachage. Le carter est donc fermé, en forme de « cloche » et les lames sont profilées pour permettre une aspiration optimale de l'herbe.
 

Retrouvez tous nos modèles de tondeuses sur notre site !